Fleury, Cynthia – Les irremplacables

Fleury, Cynthia - Les irremplacables

“Le “connais-toi toi-même” (gnôthi seauton), du fronton delphique, ne signifie nullement l’introspection égocentrée. Bien au contraire, il est immédiatement ouvert dans la mesure où il fait de l’autre – de l’autre âme – la condition de l’autonomie de la première. “Connais tes limites” semble dire l’adage, connais déjà l’ampleur de ton manque puisqu’il s’agit de reconnaître en retour la place de l’autre dans ta quête cognitive. Qui peut accueillir l’autre s’il n’a déjà opéré cette reconnaissance de la frontière qui le constitue à la fois comme corps et comme âme ? L’individu n’est pas tout-puissant. Il est résolument fini.” Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité des deux précédents livres de Cynthia Fleury sur “l’irremplaçabilité” de l’individu dans la régulation démocratique. Un travail au croisement de la psychanalyse et de la philosophie politique faisant toujours le lien entre l’individu et le collectif. Nous ne sommes pas remplaçables. L’Etat de droit n’est rien sans “l’irremplaçabilité” des individus. L’enjeu est ici de comprendre comment l’individu, si décrié, protège la démocratie contre ses dérives. La démocratie a souvent été étudiée comme le régime politique et la société qui accompagnent l’émergence de Sujets libres. Il est important de comprendre comment l’individu, peut à son tour, oeuvrer pour la durabilité démocratique. Ce n’est pas la normalisation, ni les individus piégés par cette normalisation, qui protègent la démocratie. S’opposer aux dérives de la démocratie nécessite de réinvestir la qualification subjective, et cela renvoie aux figurations du “connais-toi toi-même”.

Source: http://books-home.com/rss.xml

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *